Volley – REC : le REC Volley communique à son tour

En très grandes difficultés, le Rennes Volley 35 dont les supporters ont lancé une pétition en fin de semaine passée, voit le REC Volley lui répondre par le biais d’un communiqué publié chez Ouest France : « Chers médias, chers supporters. Suite aux nouvelles accusations proférées ces derniers jours, le Rec Volley tient à éclaircir la situation par respect pour les acteurs du volley-ball rennais. Elles visent en réalité à entretenir la confusion sur les responsabilités des uns et des autres quant à la situation actuelle du Rennes Volley 35. La résiliation anticipée de la convention par la REC Volley n’implique pas la disparition de l’équipe professionnelle. La seule instance susceptible de décider de son sort est la DNACG, pour mauvaise gestion financière. Par ailleurs, un dépôt de bilan de l’association Rennes Volley 35, décidé par ses dirigeants, entraînerait réglementairement, la disparition de cette équipe. Les raisons qui ont contraint les dirigeants du REC Volley à résilier par anticipation la convention sont liées, entre autres, à des créances non payées par le Rennes Volley 35 pour un montant total proche de 70 000 €, créances dues au titre de cette convention. La survie du REC Volley étant en jeu, cette résiliation a été votée le 9 avril dernier par le comité directeur, suite à une mise en demeure de payer les sommes dues, envoyée le 6 février 2020 aux dirigeants du Rennes Volley 35. Le REC Volley reste en attente des décisions prises par la DNACG et se mobilisera pour que les passionnés de volley puissent continuer à vibrer salle Colette-Besson et supporter leur équipe. Le REC Volley, reconnu comme l’un des meilleurs clubs formateurs en France, a la volonté de continuer à former de futurs joueurs professionnels pour alimenter l’équipe rennaise et il ne veut évidemment pas la mort de cette équipe.»

Verdict dans quelques jours ou semaines, tout au plus…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*