Vainqueurs de leur premier match à Nice la semaine passée, les Brétilliens ont parfaitement enchaîné en dominant Pontault-Combault, compagnon de fortune de l’ascenseur arrivé de l’élite cet été. Encourageant !

Forcément, il reste quelques séquelles, ces moments de doute où les buts ne rentrent plus faisant place dans la foulée à des vagues visiteuses qui l’an passé, submergeaient l’édifice breton. Pourtant, les temps semblent avoir changés et hier, dans une Glaz Arena (1800 personnes) désireuse d’une première victoire, le CRMHB a tenu bon. Portés par une paire de gardien Cantegrel-Pierre ultra efficace (14 arrêts à eux deux, soit 37%),comme on en avait plus vue depuis des lustres, et des ailiers en feu à l’image de l’intenable Youenn Cardinal (9 buts !) et de Sylvain Hochet (5 buts) , les Cessonnais ont dominé leur sujet et fait la course en tête du début à la fin de la partie. Hargneux et travailleurs en défense, efficaces et par moments brillants en attaque, les « Rose et Bleu » n’ont pas laissé le moindre espoir à leurs bourreaux du mois de mai dernier, montrant les muscles et leur envie de ne rien laisser au hasard cette saison.

Certes, comme l’a rappelé Christian Gaudin après le match, la route est encore longue et chaque match aura sa vérité mais les signaux envoyés pour cette seconde journée de Proligue sont favorables, avec une première victoire historique obtenue à domicile et un groupe qui prend forme avec des individualités au rendez-vous. Face à Dijon, vendredi prochain, une seconde sortie à la maison s’offre aux Irréductibles pour enchaîner un troisième succès face à une formation bourguignonne ambitieuse. Tout n’est pas encore parfait, bien sûr, mais déjà tellement plus plaisant, comme l’illustraient les nombreux sourires retrouvés hier sur et en dehors du parquet. Sérieusement sonné voire traumatisé par trois saisons consécutives dans le doute et la douleur, le CRMHB semble reparti pour de bon, avec le goût retrouvé de la victoire. Comme un premier merci à ceux qui malgré la tempête, ont su garder la barre avant de fixer un nouveau cap. Celui d’un retour dès mai prochain, à la table des grands.