Directeur délégué au sport du CRMHB, David Christmann, entraîneur du CRMHB durant plus d’une décennie avant de quitter le club en 2014 est un témoin plus qu’averti de la mue opérée par le club cessonnais cette saison. Nouvelle salle, recrutement, ambitions à court et moyen terme, il dresse un
premier bilan et annonce la couleur pour 2019, où le club espère franchir un cap.

En mars prochain, la nouvelle salle accueillera son premier match de LidlStarligue. Le temps des premiers pas au Palais des Sport doit vous paraître bien lointain !

C’est sûr que les choses sont en train de changer et d’évoluer, et quelque part, il le faut. Je suis parti en 2014 car justement, il n’y avait pas de perspective, de nouvelle salle à venir. Nous étions au bout du chemin, devant un mur. De participer aujourd’hui à l’aventure, même dans une fonction différente, est forcément très excitant et plaisant. Le Palais des Sports nous aura permis de grandir, une nouvelle page avec la Glaz Arena va s’écrire.

Le chantier est-il dans les temps ? Serez-vous prêts pour mars ?

Le groupe Legendre fourni un énorme travail pour que tout se déroule comme prévu et de notre côté, nous structurons et préparons tout cela avec beaucoup d’investissement de chacun. Il faut aussi remercier la ville de Cesson qui a beaucoup œuvré pour ce projet. Je pense que tout le monde a pris conscience de la réalité que va impliquer la nouvelle salle une fois dedans et ce qui est certain, c’est que la réussite du projet viendra avant tout du terrain. Nous pouvons déployer autant d’efforts que nous le pouvons en termes de communication, d’animation ou d’accessibilité, c’est la qualité et le terrain qui donneront l’envie de venir. Les gens ont envie de voir des Karabatic et autres plutôt que des affiches face à des équipes de Pro Ligue. Tout le monde sait ce qu’il a à faire…


« Ceux qui n’auront pas montré l’envie de se battre pour

le club ne seront plus là ! »


Vous parlez du terrain et que tout partira de là. Le niveau d’exigence va-t-il être revu à la hausse ?

Aujourd’hui, nous faisons avec nos moyens et nos idées, nous n’avons pas les 8 M€ de budget des Nantes ou Montpellier. On le sait, le niveau de la D1 augmente chaque année. Cependant, cela n’empêche pas d’avoir l’ambition de redevenir pour de bon une équipe ultra pénible à jouer pour les adversaires, d’inspirer la peur à ceux qui viendront à la Glaz Arena. En ce sens, de nouveaux joueurs vont nous rejoindre mais ceux déjà présents sont face à leurs responsabilités pour la seconde partie de saison, où ils devront nous montrer qu’ils ont envie de défendre nos couleurs, le projet et d’écrire leur avenir chez nous. Cela passe par des actes, au-delà des mots ou des bonnes intentions. Ceux qui n’auront pas montré l’envie de se battre pour le club ne seront plus là. On a le droit d’être mauvais ou dans un jour sans, mais pas de lâcher ou de ne pas tout donner.

La première partie de saison ne vous a pas pleinement convaincu en ce sens ?

Nous attendons, le staff comme le directoire, plus de la part de certains joueurs et ils en seront avertis. Aujourd’hui, je pense qu’il nous manque deux points au compteur, perdu je pense contre Tremblay à la maison. Nous avons aussi lâché prise dans d’autres matchs : à la maison contre Saint-Raphaël ou Aix et à l’extérieur, à Chambéry. Il y a aussi eu du bon à Nantes et Montpellier mais sans point. Cependant, l’objectif de cette seconde partie de saison est simple : récidiver et dominer de nouveau les équipes de « notre » championnat. Il faudra battre Istres à la maison et Pontault et Ivry chez eux et nous ne serons alors probablement pas loin du compte. Je pense que nous pouvons doubler notre capital point et j’espère, faire un peu mieux.

Christian Gaudin a succédé à Yérime Sylla il y a désormais six mois de cela. Etes-vous satisfaits de son travail ?

Christian Gaudin et Mehdi Boubakar travaillent dur pour réfléchir aux meilleures solutions sur le terrain et ont les coudées franches quant à leurs choix tactiques. L’un à l’expérience du très haut niveau, Christian, le second la connaissance totale du contexte Cesson pour Mehdi.  Il n’y a pas d’ingérences de ma part ou de celles d’autres membres du directoire mais cela impliquera qu’en fin de saison, il faudra faire les comptes et les bilans. Tout entraîneur est soumis à ses résultats et Chrisitan le sait. Maintenant, nous avons l’envie de travailler ensemble sur la durée et nous ne sommes pas le genre de club à changer de cap ou de coach tous les deux ans. Aujourd’hui, chacun apprend encore à se connaître et à intégrer les différents fonctionnements.  Avec Christian, nous sommes pour l’heure satisfait du travail mis en place et ne prenons pas une seule décision, notamment en terme de recrutement, sans son approbation.

« La signature de Buric est un signe très fort ! »

Le recrutement très ambitieux mené en vue de la saison prochaine annonce un autre plan de marche la saison prochaine, avec les moyens sportifs d’intégrer le top 10, voire 8 ?

Avançons étape après étape. D’abord, il faut se maintenir et ensuite, avec un effectif complet et répondant aux besoins et demandes ciblées en concertation avec Christian, nous verrons ce que nous pouvons faire mais il est certain que nous avons envie d’offrir d’autres ambitions et du spectacle à notre public. Il faudra être attractifs, je le répète, avant tout sur le terrain.

Parlez-nous un peu de votre recrutement, annoncé tôt dans la saison. Il est très séduisant !

Nous sommes très heureux d’avoir pu conclure ses accords et je tiens à souligner que les joueurs ont été très sensibles et réceptifs au projet dans son ensemble, avec notamment la perspective de jouer dans une grande salle comme le sera le Glaz Arena. Nous suivions Youenn depuis longtemps, moi depuis Tremblay. C’est un gaucher avec une technique de tir exceptionnel qui est encore jeune et devra encore travailler. Il est breton et cela compte également au moment des choix, car nous souhaitons imprimer à nos couleurs cette touche bretonne. Ceci est très important et entre pleinement dans le projet mis en place. J’espère que chez nous, il réussira à atteindre les 75 % de réussite au tir car je suis certain qu’il en a les capacités.

Senjamin Buric va aussi vous rejoindre, c’est une sacrée prise !

Sans la nouvelle salle et tout ce qui l’accompagne, il ne serait pas venu, il nous l’a confirmé. Mais voir un joueur de ce calibre, qui devait signer en Allemagne au moment de sa blessure en décembre 2017 avec Nantes, c’est un signe très fort ! Je n’ai pas le souvenir de l’arrivée d’un tel joueur, habitué de la Ligue des Champions, à Cesson. Il a repris les matches depuis novembre dernier et arrivera chez nous avec presqu’un an de compétition dans les jambes, c’est un très gros renfort pour nous.

Florian Delecroix fait son retour. Là aussi c’est une belle affaire…

Flo a pu bénéficier de temps de jeu cette saison du fait de la blessure de Gurbindo mais aussi par sa capacité à défendre. Lazarov n’est pas un défenseur et Florian a pu de ce fait, beaucoup jouer. Il a acquis de l’expérience cette saison, fait une belle année et va revenir plus fort et beaucoup nous apporter, j’en suis certain !

Le recrutement est-il clos ?

Non, nous allons annoncer sous peu la signature d’un gardien et nous réfléchissons à un joker dès cet hiver. Pour la saison prochaine, plusieurs profils sont aussi recherchés mais cela dépendra de ce qui sera fait avec nos joueurs en fin de contrat. Nous allons tous les recevoir et discuter avec eux courant janvier. Les autres ont aussi encore cinq mois pour se montrer et nous convaincre de leur rôle dans la suite des événements.

Un dernier mot sur la formation. Celle-ci est-elle toujours au centre du projet sportif ?

Bien sûr. L’idée est d’avoir un tiers, à terme, de joueurs issus de notre centre de formation. Il faut aussi travailler en collaboration plus étroite encore avec le pole. Des joueurs comme Dragan Pechmalbec qui explose à Nantes, ça me fout les boules. A l’avenir, le prochain Dragan, il faudra tout faire pour qu’il soit chez nous. Nous travaillons tous ensemble en ce sens pour que le Cesson RMHB de demain représente sa région et soit le lieu idéal pour les meilleurs joueurs locaux pour progresser et atteindre le haut niveau.

Recueilli par Julien Bouguerra