Saint-Grégoire MHB – Vaux-en-Velin 28-22

L’ambiance était à la fête, incontestablement mais aussi un peu à la nostalgie d’une sacrée équipe qui va perdre une bonne partie de son ossature. Place aux larmes et aux au revoir plus qu’aux adieux, le SGRMH étant « mas que un club », une famille ! Gladys Boudan, Mélina Rolland et Blanka Szeberenyi stoppent leur carrière pour raisons professionnelles, Lea Marie-Joseph pour problèmes physiques et Chloé Lavaud, qui part aux Etats-Unis, excusez du peu ! Habituellement parées de rose, les joueuses d’Olivier Mantès, habillées en noir, ont illuminé la soirée du public venu nombreux les saluer après une saison de haut vol. Le maintien est assuré, sans trembler ou presque au moment du sprint final, avec des filles ayant acquis les exigences de la division au fil des matches avec sérénité et efficacité. « Un véritable exploit » selon René Le Bihan, vice-président du club :« Nous étions promu, c’était une première à ce niveau-là et nous étions peine préparés pour vivre la N2. En début de saison, personne n’aurait cru en un tel résultat. De nombreuses joueuses n’avaient jamais connu ce niveau-là. C’est une grande fête ce soir, un plaisir immense. »

Contre Vaux, les coéquipières de Gladys Boudan (2 buts) ont terminé le job, ne remportant cependant que leur troisième succès à la maison de la saison. Plus véloces et offensives que leurs adversaires du jour, elles n’ont jamais laissé les banlieusardes lyonnaises imprimer leur rythme et ont compté jusqu’à trois buts d’avance (7-4,12′) avant de se relâcher quelque peu pour atteindre la pause sur un score de parité malgré tout flatteur pour les « rouge » de Vaux-en-Velin (12-12). Après la pause, au fil des minutes, l’ambiance surchauffée de la salle et l’euphorie de cette dernière à la maison ont porté des filles d’une efficacité redoutable, à l’image de Blanka Szeberenyi, auteur d’un impeccable 5/5 aux jets de sept mètres. Dans les buts, Chloé Lavaud (5 arrêts) et Nadège Konan (7 arrêts) ont aussi eu le droit à leur part du show et pu applaudir leurs partenaires auteur d’un festival offensif à l’image de Judith Franssen (4 buts), Lea Marie-Joseph (3 buts) et Blanka Szeberenyi, auteur de huit buts au total ! Spectaculaire et ouverte, la partie s’achève sur un très bon 28-22 qui offre la sixième place au classement final avec 38 points ( 7 victoires, 4 nuls et 9 défaites et un petit -9 de différence de buts) pour la première saison des filles à ce niveau.

Cela méritait bien de longues minutes de communion passées ensuite au milieu d’une salle élue meilleure public de la division, à juste titre. Bien des promesses et des leviers de motivations pour une saison à venir qui reprendra le 9 septembre. On a hâte même si le plus dur pourrait néanmoins bien commencer, avec la fameuse année de la confirmation. Pour réussir celle-ci, du sang-neuf devrait être injecté et annoncé dans les jours à venir avec comme priorité, une dynamique et une mentalité à faire perdurer, sur comme autour du terrain afin que la belle histoire perdure. On ne demande que cela !

La rédaction