Samedi soir, dans une soirée où la concurrence de Rennes PSG, de Michel Sardou au Liberté ou encore d’une bonne soirée au chaud devant les Miss France faisait rage, la salle Colette Besson affichait tout de même une belle affluence. Et pour cause, le Rennes Volley 35 jouait pour la troisième fois en une semaine, excusez du peu. La fatigue risquait ainsi de poindre, et d’équilibrer… ou déséquilibrer les débats avec la réception du Gazélec Ajaccio, pensionnaire du milieu de tableau. Contre des Corses disciplinés, les Rennais sortent un premier set accrochés, où ils comptent jusqu’à quatre unités d’avance en fin de set (18-14). Mais pourtant, face à Pepe Gonzales, meilleur buteur du championnat, ils vont céder une première manche qui leur tendait les mains, à force de ne pas convertir les occasions (21-25).

Sonnés, les coéquipiers de Xavier Kapfer ne parviennent pas vraiment à reprendre les choses en mains. En difficultés, les Rennais se font bousculer par des Ajacciens plus agressifs et réalistes dans les moments clés. Logiquement, le Gaz’ remporte le deuxième set -19-25 et la défaite semble se profiler, sans fioritures, après un revers déjà lourd à encaisser concédé à Nantes le mardi (3-0).Menés 5-11 dans le troisième set, les locaux vont se rebeller et marcher sur le Gazéléc. Transcendés avec un Gérald Hardy-Dessources en motivateur impressionnant au block et décisif sur des points clés, le Rennes Volley 35, au mental et au forceps, j’adjuge le troisième set au tie-break, non sans avoir manqué quatre balles de set !

Relancés, les joueurs de Nikola Matijasevic s’arrachent et dominent l’entame du quatrième set. Au bout de dix minutes, le RV35 mène 9-2 ! Mais voilà, physiquement, les Rennais ne tiennent pas sur la distance et se crispent. Petit à petit, les Corses reviennent et grappillent les points. Pourtant, Rennes attaque la fin du set devant, et mène 24-22… Deux balles de set plus tard manquée par les Bretons,  Ajaccio, à son tour, à l’occasion de boucler l’affaire et ne la loupe pas ! Exit le point de bonus du tie-break, que Toulouse a su prendre à Poitiers, Rennes concède une neuvième défaite en onze matches, bouclant une terrible phase aller. Si tout reste possible, Xavier Kapfer et ses coéquipiers peuvent nourrir bien des regrets et devront apprendre de ces mauvais moments pour se maintenir en 2018.

Chez les filles, le REC s’impose dans la douleur du côté d’Evreux, trois sets à deux tandis que le CPB, toujours second à la poursuite de son voisin rennais, gagne nettement contre le SCO Angers 3-0. Le derby, programmé en janvier, promet du lourd !