Kamil Baranek, l’ « Ace-Man » rennais, atout du sprint final ! 

Joueur d’expérience et serveur redoutable, Kamil Baranek, 36 ans réalise l’une de ses meilleures saisons en championnat de France et montre un visage aussi conquérant que celui de son club, au top de la Ligue A. Aussi froid et précis que déterminé à gagner, l’ex-international tchèque est décidé à aller le plus loin possible avec le Rennes Volley 35, qu’il a rejoint il y a trois ans avec l’objectif de gagner des titres dans un club alors promu. Le temps semble prêt à donner raison à l’insatiable Kamil !

Les chiffres sont implacables et parlent pour toi : tu es le joueur qui réalise le plus d’aces en Ligue A. Quel est ton secret ?

Être un bon serveur demande beaucoup d’entrainement, beaucoup de travail, et surtout, de la confiance en soi. Depuis le début de la saison, nous sommes dans une superbe forme et avons appris à gérer les fins de match, les moments chauds et cela me met forcément dans les meilleures dispositions pour servir au mieux. Je parviens souvent à débloquer les matches de cette façon, comme récemment contre Tourcoing en fin de partie, tant mieux pour l’équipe. Beaucoup de facteurs rentrent en jeu et j’essaie d’allier vitesse, force, précision et tactique. Cela sourit mais il faut continuer à travailler, c’est la répétition à l’entraînement qui permet d’être performant en match.

Tu joues ta troisième saison ici. Est-ce la meilleure ?

La saison n’est pas encore finie, nous ferons les comptes à la fin. Personnellement je me sens bien à Rennes. Je suis arrivé en tant que joker après la préparation estivale 2017 et aujourd’hui, j’ai la confiance du coach et la reconnaissance de tous mes coéquipiers. J’ai le sentiment d’apporter à l’équipe, c’est important. Ce sera ma meilleure saison ici si les résultats comptables dépassent ceux de l’année passée, tout simplement. Nous devons nous concentrer pour bien finir la Challenge Cup mais aussi aller le plus loin possible en Play-Offs.

« Passer les quarts de play-offs est un objectif atteignable »

Le calendrier de Ligue A couplé à la coupe d’Europe impose de nombreux matches avec un temps de récupération minime. Est-ce que vous ressentez le contrecoup physique en cette fin de saison ?

Oui, certains moments sont plus difficiles que d’autres. Nous avons fait une série de victoires historique fin 2019 mais hélas, c’est compliqué de rester impérial ou invincible toute une saison. S’en sont suivies les blessures de Nikola Mijalovic et maintenant celle de Gustavo Delgado, sans compter les longs déplacements en Suisse, au Portugal, à Nitra, etc… Il faut faire avec, malgré le contrecoup subi en février. L’équipe est prête pour aborder le sprint final et je crois en notre potentiel.

Rennes n’a jamais dépassé les quarts de finale de Play-Offs en Ligue A. Comment ton expérience peut servir l’équipe à passer ce cap ?

La fin de championnat est très indécise. Nous connaîtrons notre adversaire au dernier moment, ce qui va nous laisser peu de préparation. Du haut de mon âge et de mon expérience à Tours ou même à l’étranger, je prends mes responsabilités pour amener de la tranquillité, de la sérénité. Passer le cap des quarts de finale est un objectif atteignable avec le groupe qui est le notre aujourd’hui. Je le rappelle à mes coéquipiers régulièrement, si tout le monde joue son meilleur volley, alors nous irons loin.

La zone de turbulences que traverse le Rennes Volley en extra-sportif a-t-elle des répercussions sur le groupe au quotidien ?

Les dernières semaines n’ont pas été simples pour le club. Entre les points de pénalité, la pétition signée par les autres clubs de Ligue A et les problèmes administratifs, ces événements ont pesé lourd au sein du club. Heureusement, nous sommes un groupe soudé, on nous demande à nous les joueurs de gagner les matches, ce qui se passe en extra-sportif, ce ne sont pas nos affaires. Le président œuvre pour corriger tous ces problèmes, et surtout, nous rassure quant à notre avenir et celui du Rennes Volley. A nous d’être concentrés et efficaces sur le terrain.

Recueilli par Matthieu Giboire

Kamil Baranek en chiffres (stats en championnat arrêtées après la victoire face à Tourcoing) : Attaquant réceptionneur droitier. 22 matchs disputés, 311 points inscrits soit 14 par match. 51 Aces (leader du championnat en la matière), 117 réceptions parfaites. Palmarès : Champion d’Argentine (2011), Champion de France (2013 et 2014), Coupe de France (2013 et 2014), supercoupe de France (2012). Clubs précédents : Brno, République Tchèque (2000-2004), Volley 2002 Forli, Italie (2004-2005), Trentino, Italie (2005-2006), Poitiers (2006-2009), Iraklis Salonique, Grèce (2009-2010), UPCN Volley, Argentine (2010-2011), Voley Segrate, Italie (2011-2012), Tours (2012-2014), Galatasaray, Turquie (2014-2015), Milan, Italie (2015-2016), Paris Volley (2016-2017) et Rennes (2017-2020).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*