La mission était claire et limpide à l’orée du mois d’août, l’an passé : objectif remontée immédiate ! Avec un groupe ayant trouvé son identité et son cœur d’entrée de jeu, Olivier Mantès peut savourer et déjà, se projeter sur un retour en D2 mérité et sans discussion possible. Avant de partir en vacances, l’heure était aux remerciements et à la communion. 

L’image est saisissante et toute en contraste avec la fin de saison passée, qui avait vu les filles du Saint-Grégoire Rennes MHB descendre en Nationale Une, deux après avoir découvert l’antichambre de l’élite. Cette fois-ci, la joie est là, les larmes s’accompagnent de sourire et la rancœur ou les tensions n’ont guère de place à se faire. Face à une équipe de Issy-Paris déjà reléguée et venue à 7, sans banc de touche, il s’agissait de finir en beauté mais surtout, de saluer les joueuses partantes et le public, fidèle et au top tout au long de la saison.

Judith Franssen : « J’ai passé ici des moments fantastiques ! »

Le match en lui-même ne laissera pas un souvenir impérissable, tant la supériorité technique, physique et même en nombre des « Roses » ne laissait pas même l’ombre d’une chance aux Parisiennes, qui eurent le mérite de tout donner. Un jubilé comptabilisé en championnat, en quelque sorte, ce n’est pas si courant et cela se savoure, dans une véritable marmite bruyante et étouffante à la Ricoquais. Hawa Kanté, qui ne sera plus là la saison prochaine, signe une prestation de haut-vol pour saluer son public. Un an après son arrivée, l’ailière gauche quitte le club. Des larmes et des mots à l’issue de la partie venaient ponctuer sa prestation de haut-vol du jour (9 buts) : « Je remercie tout le club pour cette année, où j’ai vécu de grands moments. Dans la vie, il ne faut pas lâcher, croire en ses rêves, en ses objectifs ». Après avoir elle-même orchestré le clapping de rigueur à la grosse caisse, le micro fut d’abord tenu par Vincent Guyomard, le président, qui remercia l’ensemble de l’équipe, les partenaires et les supporters. Il fut ensuite transmis à Alyzée Gérard, qui elle aussi, quitte l’équipe fanion. Faisant le choix de ses études d’ostéopathe, la jeune arrière gauche jouera la saison prochaine avec l’équipe B en Nationale 2.Un renfort précieux pour la réserve des « Roses », qui enregistrera également l’arrivée d’Eglantine Rousseau dans les buts, une gardienne arrivant pour faire la doublette en D2 avec Marie Lachat. 

Autre départ, lui aussi annoncé de longue date, celui de Judith Franssen, néerlandaise la plus connue et aimée de la métropole ! Là aussi, les filles, en larmes et tout sourire, ont longuement acclamée leur capitaine de la saison passée, demi-centre d’expérience au talent prouvé à maintes reprises. Son départ, après dix ans dans le hand, s’explique simplement : Jef Lettens, son futur mari, était le portier de Cesson depuis trois ans et rejoint Toulouse. Judith choisi de le suivre, avec autant de souvenirs que d’ami(e)s laissés ici : « Merci, encore merci à tous, au club, aux joueuses, aux dirigeants mais aussi à ce formidable public, à Sagazik, à nos partenaires, nos bénévoles, qui nous accompagnent et nous supportent toute l’année. J’ai passé ici des moments formidables, rencontré des personnes l’étant tout autant. Je pars mais je n’oublierai personne, vraiment… » Sous les yeux de son papa, les yeux embués, la désormais ex-Rose, comme Hawa, a reçu des mains de son président un cadre avec une photo d’elle en action ainsi que des fleurs…qu’elle manqua de faire tomber au sol, perdant l’eau présente dans le pot. Résultat ? Un fou rire chez ses amies, le dernier sur le parquet de la Ricoquais. 

Olivier Mantès : « Il faudra bien préparer la D2 ! »

Vint ensuite le temps des autographes, des selfies, des accolades, plusieurs anciennes joueuses s’étant aussi déplacées pour l’occasion et ayant salué leur ancienne coéquipière d’une banderole en hollandais dans le texte. Ah, pour ce qui est du score, le SGRMH s’imposa 36-21, remportant sa 20ème victoire en 22 matchs, excusez du peu ! La soirée, elle, s’est achevée autour d’un grand buffet convivial dans l’espace VIP avec partenaires, dirigeants et joueuses, jusque tard dans la nuit. L’an prochain, l’histoire sera différente et Olivier Mantès, au micro, a déjà prévenu tout le monde : « C’est une belle année, une vraie satisfaction d’avoir toujours joué les matchs à fond et ce jusqu’au bout, en respectant tout le monde. Maintenant, nous savons que ce ne sera pas la même musique en D2, qu’il faudra bien préparer tout cela ». Pour ce faire, le club a déjà acté un recrutement qui devrait être annoncé courant juin, avec un mélange d’expérience et de jeunesse, deux ingrédients nécessaires pour être dans le rythme d’entrée. Ce championnat s’annonce d’ores et déjà compliqué, avec deux poules de huit équipes, divisées après la trêve en play-offs et playdowns, les quatre premiers et quatre derniers se retrouvant pour former deux nouvelles poules, avec deux descentes au programme. Une belle saison chargée en émotions fortes s’annonce d’ores et déjà !

Julien Bouguerra